PROFILS DE PERSONNES ISSUES DE LA DIVERSITÉ: Maryline Chery


Maryline Chery est une artiste créole de descendance haïtienne dont les travaux à titre d’actrice, de dramaturge et de créatrice comptent Noire et Afrodisiaque. Cette ancienne de l’option théâtre du baccalauréat ès arts de l’Université Concordia et du programme de mentorat d’artiste du Black Theatre Workshop a entre autres à son actif Blackout du Théâtre Tableau d’Hôte. Au FRINGE de Montréal, on l’a vue dans A Dyke’s Guide to Fair Play et, l’année dernière, dans The Trophy Hunt.

L’attrait de Maryline pour le FRINGE tient « à son effervescence, à son énergie. » Elle poursuit : « Le festival sert de tremplin à des artistes émergents locaux. J’apprécie aussi pouvoir m’y livrer à des expérimentations et d’y trouver un public. Je suis toujours intriguée et impressionnée par ce que les gens peuvent faire dans de petits espaces. »

L’art qui la fait vibrer ? « Je veux être surprise. J’aime les choses qui me rendent mal à l’aise tout en me permettant d’apprendre. J’aime aussi tout ce qui est électrique. Ma famille vient d’Haïti et j’ai grandi dans une maisonnée colorée, intense et bruyante – voilà peut-être pourquoi j’aime tant la clownerie et le cirque », médite-t-elle. « J’aime le théâtre qui me fait sentir vivante. »

Au cœur des œuvres de Maryline, on trouve un héritage et une identité qui ont donné naissance à des créations théâtrales centrées sur le féminisme Black et la culture antillaise. « Beaucoup de ce que je fais s’enracine dans l’idée de dénoncer les injustices », explique-t-elle. « Et, maintenant, on est en plein dedans.»

Les événements qui se produisent présentement à l’échelle mondiale dans la foulée de Black Lives Matter font avancer sa réflexion : « C’est à la fois terrible et inspirant. Mais je crois que l’artiste est un soldat et un agent de l’amour, et ce qui se produit autour de nous devrait alimenter ce que nous allons créer. Pour moi, l’idée que les artistes ne peuvent participer aux débats politiques est ridicule. Nous disposons d’une plateforme pour nous faire entendre, et il est donc de notre devoir de faire de la sensibilisation. Nous devons trouver des façons d’éduquer et d’encourager les autres à se joindre à la conversation pour que nous puissions apprendre et aller de l’avant. J’espère accomplir cela avec mon art. » 

Ton spectacle Fringe préféré?
La course en Drag!

Ta tradition Fringe annuelle?
Je passe énormément de temps à rencontrer des ami-e-s sur St-Laurent. Est-ce une tradition ou un mode de vie? Je ne sais pas, mais c’est ce que je fais: avoir l’air fabuleuse avec du café glacé entre les spectacles.

Ton moment mémorable du Fringe?
Lors de la soirée de clôture de l’année dernière, il y a eu cette chanson qui a joué – je n’en connais même pas le nom – et mes copines et moi avons pris le contrôle de la scène, ça a été tout un moment. Et c’était incroyable.

(Traduction de Louis Longpré)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *