PROFILS DE PERSONNES ISSUES DE LA DIVERSITÉ: Swati Khanna

Coordonnatrice des Bénévoles du Festival Fringe, Swati Khanna établit sa présence à Montréal comme une des travailleuses culturelles bien-aimées de notre communauté. Dès 5 ans, suivant sa passion pour les arts de la danse indienne classique, elle a forgé sa carrière à Mumbai comme directrice créative / productrice au cinéma, à la télévision et en publicité. Elle déménage au Canada en 2017 et reconstruit complètement son profil professionnel, se trouvant rapidement à travailler avec des compagnies établies – du Fringe à Juste pour rire, Théâtre Teesri Duniya et l’Institut Silk Road – jusqu’à son poste courant comme Directrice de programme pour ELAN (Réseau des arts anglophones).

De retour dans les arts de la scène, son expérience sur scène, en design et en production de théâtre lui permet d’offrir une gamme exhaustive de services dans l’industrie. « Tout ce que j’ai appris dans les 15-16 dernières années de ma carrière, je l’ai combiné pour faire le travail que je fais aujourd’hui. »

Swati est très appréciée à arrière-scène du Fringe, c’est elle qui assume la coordination de plus de 150 bénévoles pour le festival. « C’est assez intense », raconte-t-elle, « mais j’en suis très contente. » Sur ce qu’elle préfère au travail, elle cite « l’énergie pure. Et le fait qu’on rend beaucoup à la communauté. C’est un groupe tellement diversifié et j’ai acquis de bonnes amitiés en chemin. »

Accueillie par la communauté de par son travail dédié et son esprit généreux, Swati attribue toujours son succès à une certaine chance. Comme femme issue de la diversité culturelle connaissant peu de français et de contacts à Montréal, « J’ai eu beaucoup de chance en me retrouvant ici, et je suis reconnaissante envers la communauté pour son encouragement et pour toutes les opportunités que j’ai eues. » Dit-elle. « J’ai aussi eu beaucoup de chance d’avoir évité beaucoup de discrimination raciale au Canada, mais même si on ne ressent pas nous-mêmes ses effets, le racisme peut exister et il ne faut pas fermer les yeux. »

Sur ses souhaits pour la communauté de théâtre, elle répond: « J’ai beaucoup de foi en l’esprit humain, en fait. Les grands esprits s’assemblent pour trouver une solution pour aider l’art partout. L’écosystème va changer et la nature de notre production et consommation d’art changera peut-être, mais l’art est ici pour rester. Et, résultat positif, il sera très inclusif. »


Ton spectacle Fringe préféré?
La course aux Drags.

Ta tradition Fringe annuelle?
Aller au Parc Fringe. C’est l’endroit pour rencontrer des gens. À mon sens, c’est comme le Central Park de Montréal.

Ton moment mémorable du Fringe?
La belle énergie de l’équipe et des bénévoles.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *